D’UN ATELIER À L’AUTRE.

Lorenzo a rendu aux affiches motocyclistes ses lettres de noblesse. Son atelier de peintre s’ouvre pourtant sur un atelier mécanique. Quand il part, l’artiste se délecte avec passion de sa BMW, autant par plaisir au guidon que par curiosité mécanique.

484-BMW-FB-Posts-960x640-lorenzo-V1a

 

La gouache, la peinture, le fusain et l’huile moteur lui sont familiers. Lorenzo vit pour dessiner et vice versa, sa BMW R 60/5 de 1970 a aussi éprouvé les limites extrêmes de sa fougueuse imagination. L’anglicisme « bitza » résume impeccablement sa moto. Cadre de R 60/5, fourche et freinage de R 90 S (double disque), maître-cylindre de frein issu d’une BMW série 7, guidon d’origine non contrôlée, caches latéraux de série 6… Le moteur a eu plusieurs vies, la première sur une 90 S, la seconde au cœur de la moto d’un ami, une autre expérience sur un side-car, pour enfin poursuivre son éternité dans cette R 60/5. Ses entrailles ont été dépouillées, régénérées. Septième BMW de Lorenzo, cette moto a bénéficié de son expérience.

rsz_11

rsz_5

Epris de modèles anciens, il courait autrefois les bourses de pièces et autres ateliers plus ou moins spécialisés qui accumulaient pistons usés ou culasses éreintées.

 

Il acheta à quatre reprises des démarreurs lassés. Excédé, il téléphona un jour à un concessionnaire BMW pour demander si, à tout hasard, un démarreur neuf pour une série 7 de 1979. A sa grande surprise, il entendit pour simple réponse : « Bien sûr, nous pouvons en commander un neuf ». Lorenzo apprit ainsi que les pièces d’anciennes BMW étaient disponibles dans le réseau de la marque. Quand il a entrepris de rafraîchir la mécanique de sa belle vieille, il s’est rapproché de la concession Daniel Moto, installée dans le 10è arrondissement de Paris.

Les nuits d’inspiration créatrice le disputaient aux séances de mécanique profonde.

 

Les deux carters ouverts sur l’établi, Lorenzo commandait chez Daniel Moto pompe à huile, pistons, bielles, joints de carburateur etc. Aidé par son ami Albin, journaliste au magazine Café Racer, dans lequel Lorenzo tient rubrique, il rendit santé au vaillant 90 S.

Sa moto l’emmène maintenant tous les jours d’une exposition de ses œuvres au Grand Palais, lors du départ du Tour Auto, au bar parisien de la Féline, dont les murs portent quelques-unes de ses affiches.

 

Dans l’entrée de son atelier d’artiste, il a laissé une vaste place à son autre atelier, mécanique. Avec le temps, il s’est nourri des conseils de connaisseurs, dont Louis, mécanicien chez Daniel Moto, éminent spécialiste des BMW de tous les âges.

rsz_6

Pour en savoir plus sur les œuvres de Lorenzo : http://aristocraticmotorcyclist.tumblr.com

Découvrir d’autres articles similaires

X