SÉCURITÉ : ÊTRE CASQUÉ OU CASQUER.

« Que m’importe de mourir les cheveux dans le vent » chantait Brigitte Bardot en 1968. Cette époque d’insouciance, certains diront d’inconscience, est bel et bien révolue. Et entre nous, ce n’est pas plus mal. Découvrez toutes les bonnes raisons de rouler casqué en 2016.

484-BMW-960x640-FB-Posts-Article-Securite-routiere

 

Protéger votre tête et votre budget.

Depuis le 1er Juillet 1973, le port du casque est obligatoire en France pour tous les motards. Étendue par la suite à tous les deux-roues motorisés, cette législation sanctionne sévèrement ceux qui la prennent à la légère. Même s’il fait chaud, pensez à bien attacher votre jugulaire : en cas d’infraction, vous encourez jusqu’à 135 € d’amende et un retrait de 3 points de permis. Doit-on s’en plaindre ? Quand on sait que l’absence de casque multiplie par 3 le risque d’être tué sur la route… Pour refroidir encore toute velléité de transgression, sachez qu’en cas d’accident, certaines assurances refusent d’indemniser les motards qui roulent sans casque. Et dans ce cas, la note peut s’avérer astronomique.

 

S’y retrouver dans les normes.

Tous les casques sont soumis à des tests pour être homologués sur le sol français. Vérifiez bien que la norme NF (NF S 72.305) figure sur l’étiquette de votre modèle. Si ce n’est pas le cas, le code E2 entouré d’un cercle remplit la même fonction. Dessous, une série de caractères associent généralement numéro de série et type de casque. La lettre J correspond aux jets, le P aux casques intégraux, tandis que NP identifie les casques modulables. La mention J/P distingue les modèles combinant certifications “jet” et “intégral”. Certains constructeurs poussent leur exigence bien au-delà des normes légales. C’est le cas par exemple de BMW Motorrad, qui en plus de ses motos, commercialise une gamme complète d’équipements du pilote alliant haute technicité, confort, résistance et sécurité.

 

Bien choisir son casque.

Pour vous protéger efficacement en cas d’accident, votre casque doit être correctement attaché et parfaitement adapté à votre morphologie, sans comprimer vos oreilles. Les modèles trop serrés ou trop flottants sont définitivement à proscrire. Il est indispensable de changer votre casque tous les 5 ans ou même avant, s’il a subi un choc. En effet, les matériaux présents dans sa structure perdent peu à peu leur résistance au fil du temps, même sur les modèles haut-de-gamme. Dans ce domaine vital, il ne faut pas hésiter à investir. Profitez de l’occasion pour vous faire plaisir et peaufiner votre style. Car le casque est aussi la première chose que l’on voit chez un motard !

Pour plus de conseils sur le choix de votre casque, consulter cet article.

 

Découvrir d’autres articles similaires

X